Le Cpa est un équipement de Valence Romans Agglo

D'Henrikh Mkhitaryan à Tiridate

Henrikh Mkhitaryan

Né en 1989 à Erevan, Henrikh Mkhitaryan est un footballeur international arménien. Il est le fils d'Hamlet Mkhitaryan, également joueur professionnel et international : joueur emblématique du club Ararat Erevan, il a notamment joué six saisons en France sous les couleurs de l'ASOA Valence et de l'ASA Issy, de 1989 à 1995.
Après avoir commencé à jouer en Arménie, Henrikh Mkhitaryan s’expatrie en Ukraine, puis joue en Allemagne de 2013 à 2016 avant de rejoindre le Manchester United en Angleterre. Depuis janvier 2018, il joue au sein d’une grande équipe londonienne, l’Arsenal FC.

 

David Nalbandian

Né en 1982 à Córdoba, David Nalbandian est un joueur de tennis argentin d'origine arménienne et italienne, professionnel entre 2000 et 2013.
Sa mère est italienne et son nom d'origine arménienne provient de son grand-père paternel, émigré en Argentine.
Il est considéré comme l'un des joueurs les plus brillants des années 2000, ayant notamment battu des adversaires de renom comme Roger Federer ou Rafael Nadal. Extrêmement talentueux, il se distingue par la qualité de frappe de ses balles.
Il a remporté onze titres, dont un Masters. Il est sans doute l'un des joueurs les plus talentueux de l'histoire du tennis à n'avoir remporté aucun Grand Chelem.
Après une série de déceptions et de blessures, il prend sa retraite en 2013.

 

Michel Papazian

Né en 1934 à Nice et mort en 2013 à Alfortville, Michel Papazian est un boxeur professionnel d'origine arménienne. Enfant, il apprend la boxe à Marseille en 1945, avec les troupes américaines.
À l’appel de Staline invitant les Arméniens à rejoindre la patrie, il rejoint l’URSS où il effectue une magnifique carrière de boxeur, devenant membre de l'équipe nationale d'URSS de 1953 à 1959. Il part ensuite en République socialiste soviétique d'Arménie où il devient le meilleur poids moyen de l’URSS (médaille d'argent en 1956) puis entraîneur de l'équipe nationale arménienne de 1959-1976.
Se disant plus français qu’Arménien, il n’est pas autorisé à sortir du territoire de l’URSS pour les jeux olympiques de Melbourne en 1956, les autorités craignant qu’il ne reste à l’ouest.
Il rejoint finalement la Fédération Française de Boxe (FFB) en 1976 pour occuper la fonction d'entraîneur national jusqu'à 1988, puis de cadre technique régional jusqu'à sa retraite en 1999.
Touché par le récit de sa vie, le scénariste Jean-Blaise Djian a publié son adaptation en BD pour la collection Atmosphère Sport : 199 Combats (2008).

 

Garry Kasparov

Né en 1963 en Azerbaïdjan d'un père juif et d'une mère d'origine arménienne, Garry Kasparov est un joueur d’échecs de nationalité russe et croate.
Il apprend à jouer aux échecs dès la petite enfance, suivant notamment les cours d'Alexandre Nikitine, Mikhaïl Botvinnik, Mark Dvoretsky ou encore Alexandre Ivanovich Chakarov. Joueur prodige, il devient dès l'âge de treize ans champion d'URSS junior. En 1976, âgé de 22 ans, il est sacré plus jeune champion du monde de l'histoire des échecs en battant Anatoli Karpov, titre qu'il conserve lors des matchs de revanche de 1986, 1987 et 1990. A l’occasion de la première confrontation entre un homme et une machine aux Etats-Unis en 1989, Garry Kasparov bat l'ordinateur Deep Thougt en 41 coups. En 2005, après une dernière victoire au prestigieux tournoi de Linares (Espagne), il abandonne définitivement la compétition.
Beaucoup de spécialistes considèrent Garry Kasparov comme le meilleur joueur d'échecs de tous les temps, avec Bobby Fischer (qu'il n'a jamais rencontré en compétition).
Depuis la fin des années 1980, Garry Kasparov s'est fortement engagé en politique, soutenant successivement Mikhaïl Gorbatchev, Boris Eltsine… Depuis 2004, il mène une véritable croisade contre Vladimir Poutine, qu'il accuse d'être un "dictateur". En 2007, à la tête de L'Autre Russie, une petite coalition hétéroclite de communistes nationalistes et de personnalités libérales, il est désigné candidat pour l'élection présidentielle russe de 2008, opposant numéro 1 au Kremlin. Il est au même moment interpellé et brièvement emprisonné lors de manifestations non autorisées organisées pour dénoncer entre autres les violations de la démocratie et des droits de l'Homme en Russie.
Garry Kasparov est l'auteur de plusieurs ouvrages historiques et théoriques sur le jeu d'échecs.

 

Chavarch Karapetian

Né en 1953 en Arménie, Chavarch Karapetian est un nageur avec palmes soviétique d'origine arménienne. Maître émérite du sport de l'URSS en 1982, il est titulaire de onze records du monde, dix-sept fois champion du monde, treize fois champion d'Europe et sept fois champion d'URSS.
Le 16 septembre 1976, alors qu'il s'entraîne avec son frère Kamo (lui aussi champion de natation), il est témoin d'un accident. Un car sort de la route et s'enfonce dans les eaux du lac à vingt-cinq mètres de la berge et par dix mètres de profondeur. Karapetian plonge et atteint rapidement le bus, plonge à plusieurs reprises dans les eaux glacées et parvient malgré les conditions de visibilité quasi nulles à remonter près de trente personnes (dont vingt survivront grâce à son aide). Gravement blessé par les éclats de verre provenant du car, en état d'hypothermie, il s'effondre sur les berges et passe quarante-cinq jours inconscient dans un hôpital où il sera entre autres soigné pour pneumonie et infection générale. Il est décoré de la Médaille pour le Sauvetage de la noyade pour son acte de bravoure.
Il obtient la médaille Fair Play de l'UNESCO pour son héroïsme en 1982.
Le 19 février 1985, Chavarch se trouve à proximité d'un bâtiment en flammes. Des personnes étant piégées par les flammes, celui-ci y pénètre pour leur prêter secours. À nouveau grièvement blessé, il est soigné à l’hôpital pendant de longs mois.
En 1986, l'astéroïde (3027) Chavarsh est nommé en son honneur.
En 2014, il prend part au relais de la flamme olympique et déclare : « J’ai porté cette torche pour la Russie et pour l’Arménie ».

 

Tiridate IV

Roi d’Arménie de 298 à 330, Tiridate IV remporta la victoire à la lutte en 281 aux Jeux olympiques antiques à Olympie. Il est souvent confondu avec son oncle, le roi Tiridate III.
« Célèbre comme il l’était à la guerre, et s’étant montré fort comme un géant, aux jeux Olympiques des Grecs; ayant remporté tant de victoires au-delà de l’Euphrate […]. » (Extraits de Agathange, Histoire Du Règne De Tiridate  Et De La Prédication De Saint Grégoire L’illuminateur)